Voici quelques articles     :

Mon atelier à Etretat  :

20180304_135930

www.paris-normandie.fr

image_content_21591509_20170108223026

 

 

Karine Niederman a ouvert son atelier de chapeaux à Etretat

Publié 08/01/2017

Etretat. Forte d’une vingtaine d’années d’expérience, Karine Niederman vient d’ouvrir son atelier de fabrication de chapeaux.

Avec ses lunettes cerclées de noir, la modiste Karine Niederman a le sourire. Son atelier vient d’ouvrir à Etretat, en novembre dernier, dans la rue Alphonse-Karr. L’idée est de pouvoir accueillir tous les publics et notamment les Parisiens, qui ne se déplaçaient pas toujours jusqu’à Fécamp, où se trouvait son précédent atelier. Le premier, elle l’avait ouvert en 2004 à Paris avant de partir pour la Normandie, quelques années plus tard. Elle proposait ses créations à Trouville et participait à ses premiers défilés.

Les ouvrières du luxe

« Cela fait plus de vingt ans que je me balade dans le monde des modistes. » Vingt-trois ans exactement. Karine obtient son CAP mode et chapellerie en 1994 et intègre aussitôt de grandes maisons parisiennes, notamment l’atelier Tête à Tête, dans la très chic rue Saint-Honoré. Elle participe à des créations pour le Lido, le théâtre du Châtelet, l’Opéra de Rouen... Puis elle choisit de parfaire son apprentissage pendant dix ans auprès des anciennes, les « ouvrières » comme elle les nomme avec respect et nostalgie. Des ouvrières hautement qualifiées auprès desquelles elle a pu commencer à confectionner des chapeaux de luxe. À l’époque, ils étaient portés par une clientèle prestigieuse, pour les cérémonies de toutes sortes, mariages et deuils bien sûr, mais aussi spectacles et cocktails. À Etretat, elle confectionne toujours de belles parures sur mesure et propose des chapeaux en location pour les cérémonies d’aujourd’hui.

« Juste un joli métier »

Modeste, elle réfute pour son travail la qualification de « métier d’art », même si les Journées européennes des métiers d’art, au printemps, sont encore une bonne occasion d’ouvrir son atelier. Sa passion, Karine la conjugue encore aujourd’hui à l’ancienne, et c’est ainsi qu’elle la transmet à ses élèves et à ses stagiaires. « C’est un travail, affirme-t-elle, pour lequel on ne peut pas compter son temps. Ce n’est pas un métier d’art au sens artistique, c’est juste un joli métier. »

Karine propose des stages au centre de formation du Greta à Paris : « chapeaux de spectacles » et « mode et chapellerie ». Après avoir été à plusieurs reprises jury pour le concours du Meilleur Ouvrier de France « modiste », elle en est devenue vice-présidente en 2016. Ainsi, Karine est toujours en contact avec les gens du milieu parisien. Mais c’est dans le village d’Etretat qu’elle a choisi désormais de travailler, de proposer ses cours, ses propres stages, et d’exposer ses chapeaux.

 

                                                                 A Trouville :

FullSizeRender-2

 

 

 

 

 

 

 

FullSizeRender-4FullSizeRender-1FullSizeRender

FullSizeRender-3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A Fécamp :

presse2005

presse2008

presse2010

presse2015